Quotidien de recommandation musicale

2019 a été merveilleuse pour la musique queer

Musique Journal -   2019 a été merveilleuse pour la musique queer
Chargement…

L’année qui s’achève a été une véritable célébration musicale dans le domaine queer. Si le capitalisme patriarcal globalisé n’offre que rarement des raisons de se réjouir des avancées sociales en matière d’acceptation, on peut au moins dire que la queerness est déjà musicale, et ça fait du bien de le constater.

La sélection qui suit a été faite à partir de mes recherches personnelles sur les musiques et artistes queer/lgbt via les tags Bandcamp, mais aussi par les revendications des artistes sur leurs différents sites et réseaux sociaux. Si vous trouvez des personnes ayant produit des œuvres cette année que je n’ai pas citées, n’hésitez pas à partager aussi de votre côté ! La liste est longue et chaotique, et je ne ferai qu’une très brève présentation des disques.

Je me dois de remercier des labels incroyables permettant l’émergence d’une scène queer et expérimentale. Merci à Ratskin Records, merci à Practical Records, merci à Grimalkin Records pour toutes vos publications. Merci à vos artistes d’exprimer autant de choses dans et en dehors du spectacle. La vérité est ici, merci. Merci aussi à Alexander Rudenshiold pour son super article sur la musique LGBT à Richmond dans RVAMAG. L’année 2019 a été une année plus qu’importante pour les développements des artistes musicaux queer sur Internet et on ne peut qu’espérer que des liens se sont soudés et se développeront encore plus durant la prochaine décennie. Beaucoup d’amour pour ces artistes et tout·e·s celleux que j’ai pu oublier.

C’est parti !

Superknova est une guitariste incroyable qui fait les meilleures chansons à slogans queer. Cet album entier est un hymne queer et pop, empouvoirant et réjouissant, parfait pour choper la motivation du jour.

Dig a pit est un album particulièrement fort de l’artiste Wizard Apprentice. Déjà époustouflant·e dans son précédent disque I am invisible, cette personne délivre un album autobiographique sur les relations toxiques et la difficulté de s’en défaire. L’album est difficile d’écoute, et peut être déclencheur si vous avez vécu des moments similaires.

Vesta est une personne faisant une forme de R&B contemporain avec de nombreux effets sur la voix, qui apportent une forme de sensualité bien à ellui à toutes ces chansons. Ses morceaux nous enrobent dans un coton difficile à quitter.

Soy Joy, c’est de l’anarcoqueerfolk, une guitare acoustique, une voix franche. Des paroles pleines d’espoir, pour démolir les présupposés de la binarité de genre. « All terf can leave the room »

Warrington, c’est le groupe de rock emo super queer que t’aurais aimé croiser à la fête du lycée quand t’étais ado. Simple et efficace.

Is an Island de MaHaWaM est une perle de post-house 2-stepisante. Entre propos sur l’intersection entre identité noire, queer et afrofuturiste, l’album apporte de la visibilité sur le fait de vivre avec le VIH.

DREAMCRUSHER fait de la harsh noise comme personne, d’une puissance redoutable. Il faut cependant payer pour écouter.

Musique Journal -  2019 a été merveilleuse pour la musique queer

Un tout petit deux titres proposé par Soft Punch, une pépite de folk et d’enregistrement lo-fi.

De la pop bubble gum, Tami T nous en offre par cargaisons avec des textes à faire pleurer. Electro-pop, techno qui fout le smile et les larmes aux yeux, High Pitched and Moist serait presque trop efficace.

Cry Club est ce groupe de queer pop que tu aimerais entendre sur une radio rock entre un morceau des Smiths et des Cure.

Si vous cherchez du R&B planant avec un eau saxophone éthéré, Natasha Kmeto est peut-être l’artiste dont vous avez besoin.

La chiptune nous offre toujours de nouvelles perspectives. Celle de Cyanide Dansen est dansante, brutale et antifasciste. Il suffit de lire les titres pour s’en convaincre. Un must à écouter dans le genre.

.gif_from_god est le groupe de metalcore que je n’attendais plus. Approximation_of_a_human est un album qui s’écoute d’une traite, tellement tout y est fluide et puissant. Une baffe chirurgicale, violente et urgente pour raviver la flamme.

Stijn Van Wakeren est mona compositeurice préféré·e de jeu vidéo. Tout ce qu’iel fait est génial, surtout parce que souvent ça signifie qu’il y aura de la flûte à bec à un moment et des moments de mignonnerie incroyables <3

Dorian Electra est notre star international·e, pop survoltée : clip de folie, costumes, lumières, strass et paillettes pour nous filer les meilleurs vers d’oreille. Peut-être bien l’album le plus queer de cette année.

Deviancy est un disque parfait de A à Z, sans doute parce que Backxwash a le bon goût de sampler du Melt Banana. Entre les morceaux de hip-hop massifs résistent des pistes douces et espérées. « You Like My Body The Way It Is » est un hymne à l’existence trans, au dialogue amoureux, à l’appréciation de l’autre.

MAY TERFS WITHER COLD AND ALONE. WIMP est là pour cracher tout haut et fort. Et ça fait tellement de bien un punk aussi cash.

K-I-S-S-I-N-G de Kissing est comme une bénédiction divine, de la synth-folk atmosphérique avec de belles harmonies vocales. Ce duo magnifique gagne le prix du meilleur nom du morceau : « Dinosaurs, ghost, detective ».

FIYAH !! de Abdu Ali est un album chaotique mêlant le free jazz, le hip-hop, les synthés tout pétés, et qui suinte la queerness. Rien n’y est laissé au hasard, un mélange d’influence très maîtrisé qui mérite de nombreuses écoutes.

La Bruja de Texcoco, la sorcière Texcoco, est une chanteuse musicienne mexicaine. À la fusion entre musique mexicaine et expérience sonore, de longues et luxurieuses pistes musicales pleines de vie puis tristement sombres. Peut-être mon album préféré de cette année.

Devil est un album de bedroom pop de Tyler Holmes, spectral, court d’une intensité remarquable. À la recherche des démons inculqués par nos parents et des prophéties autoréalisatrices.

Fifty Grand fait de la trap super cool, groovy et sensuelle, parfois pop, parfois plutôt rock, avec un certain feeling atmosphérique.

Il n’y a jamais assez de hip-hop noise et quand Simo Soo nous en fait un album, on ne peut que l’accepter les oreilles grandes ouvertes, la rage au bout des lèvres.

Baby Grill, un duo de emo indie pop, dignes descendant·e·s de la twee pop de Tiger Trap. Frais, efficace, toujours motivant, cet album est une petite réussite bien agréable.

INTERNET DRAMA de guitarbaby est un EP de future soul mélancolique qui mériterait beaucoup plus d’attention tellement la sincérité coule de son œuvre.

Les vocaloïds sont queer par essence, c’est un fait. Twinklepark s’exprime via ces voix dans All Fall Floral, et c’est drôle et beau.

Visager nous fait une version chiptune de classiques de la musique ottomane et de la Renaissance. Ça ne peut que apparaître ici, évidemment.

Vous n’avez pas assez de votre dose de queerness ? Voilà une compilation d’artistes queer SHEER QUEER Fest 2019 qui bénéficie à l’UAINE (The United American Indians of New England).